Les femmes autochtones font l'histoire maintenant

Pour commémorer les femmes travailleuses et influentes de notre société, le Canada a réservé le mois d'octobre comme Mois de l'histoire des femmes. C'est le moment de réfléchir et d'apprécier les contributions des femmes et des filles, qui continuent toutes d'ouvrir la voie à un Canada meilleur et plus inclusif.

Le thème de cette année est Les femmes qui font l'histoire maintenant, et il met l'accent sur les femmes qui font une différence dans notre communauté malgré les obstacles que la COVID-19 a posés, ainsi que sur les efforts du Canada pour faire avancer la réconciliation. Raven Reads aimerait profiter de ce moment pour mettre intentionnellement en lumière et partager les histoires de femmes autochtones qui prennent des mesures puissantes et percutantes aujourd'hui.

Référence : https://women-gender-equality.canada.ca/en/commemorations-celebrations/womens-history-month/2021-theme.html

1)  Shayla Stonechild

Shayla Stonechild est une Métisse et une Nehiyaw Iskwew (femme crie des plaines) des Premières Nations de Muscowpetung. Le centre et l'objet de son travail sont liés à sa mission primordiale : apporter des sujets autochtones difficiles dans les conversations grand public pour finalement défendre les jeunes autochtones et les aider à libérer leur potentiel. Shayla l'a fait à travers de nombreuses réalisations, notamment: la fondation de l'organisation à but non lucratif «Matriarch Movement», qui crée des ateliers de bien-être pour les femmes BIPOC, l'animation de l'émission télévisée «Red Earth Uncovered», étant la première femme autochtone sur la couverture du Magazine "Yoga Journal", devenir un instructeur de yoga informé des traumatismes, et bien plus encore !

Référence : https://www.instagram.com/shayla0h/?hl=en

 

2) Dr Pam Palmater

Dr. Pam est une citoyenne Mi'kmaq et membre de la Première Nation d'Eel River Bar au Nouveau-Brunswick. Avocate en exercice depuis 22 ans et actuellement professeure et titulaire de la chaire de gouvernance autochtone à l'Université Ryerson, la Dre Pam a apporté une contribution importante à la communauté. Plus récemment, la Dre Pam a été reconnue et récompensée pour son travail concernant la tragédie en cours des femmes autochtones assassinées et disparues. Le Dr Pam est également l'auteur d'une série de livres sur le génocide, le racisme et l'oppression des peuples autochtones. Pendant la pandémie, le Dr Pam a plaidé pour la nécessité d'un plan de réponse Covid-19 sur mesure pour les personnes 2SLGBTQQIA, les femmes et les filles autochtones, compte tenu de la violence racialisée et sexualisée contre ces minorités causée par le génocide.

Références :

https://pampalmater.com/about/

 

3) Peltier d'automne

 En grandissant avec une solide compréhension de l'importance de la protection de l'eau, Autumn est devenue une défenseure autochtone de l'eau potable de la Première Nation Wiikwemkoong en Ontario, au Canada. Elle est également la protectrice en chef de l'eau de la nation Aniishnabek et est connue comme la « guerrière de l'eau ». À l'âge de 13 ans, Autumn a fait sa marque à l'Assemblée générale des Nations Unies et s'est adressée aux dirigeants mondiaux sur la question de la protection de l'eau. Représentant Justin Trudeau à l'Assemblée des Premières Nations, Autumn a attiré l'attention internationale pour avoir confronté le premier ministre sur son soutien continu aux pipelines et son bilan en matière de protection de l'eau. Aujourd'hui, Autumn poursuit sa défense de l'eau et a récemment parlé des effets de la pandémie de COVID-19 et de ce que cela signifie pour l'eau potable dans les communautés des Premières Nations.

Référence : https://en.wikipedia.org/wiki/Autumn_Peltier

 

4) Dre Suzanne Stewart

En tant que membre de la Première Nation dénée de Yellowknife et titulaire actuel de la Chaire de recherche du Canada sur l'itinérance chez les Autochtones et les transitions de vie, le travail du Dr Stewart se concentre sur l'unification de la communauté autochtone en apportant des changements aux politiques dans des domaines tels que les emplois, les subventions, et plus de ressources qui marginalisent les peuples autochtones depuis plus de 150 ans.En réponse à la pandémie de COVID-19, le Dr Stewart a travaillé aux côtés du Dr Smylie pour créer un plan d'intervention des Autochtones urbains face à la pandémie. L'objectif du plan d'intervention est de lutter contre la désinformation dans la communauté autochtone tout en consultant les aînés/guérisseurs pour créer une réponse culturellement appropriée.

Référence : https://www.oise.utoronto.ca/oise/Aboriginal_Initiatives/Faculty/Dr._Suzanne_L._Stewart.html

 

5) Nicole McLaren

Enfin, notre propre fondatrice et PDG, Nicole McLaren (prise éhontée), Nicole a franchi le pas en 2017 de ce qui a commencé comme un club de lecture pour aider les autres à en apprendre davantage sur l'histoire et la culture autochtones ; transformé en une boîte d'abonnement qui propose des livres sur la culture autochtone pour les adultes et les enfants. La mission de Raven Reads est enracinée dans le désir de Nicole d'éduquer les autres sur les pensionnats indiens qui ont eu un impact destructeur sur les peuples autochtones du Canada. Nicole est également fondatrice et présidente d'un réseau à but non lucratif appelé Réseau d'affaires des femmes autochtones. Il est actuellement en expansion et vise à fournir un soutien à d'autres femmes autochtones qui souhaitent démarrer ou développer leur entreprise.

.