Mémoires de Canadiens autochtones

Vie volée : Le parcours d'une femme crie

Par Rudy Wiebe et Yvonne Johnson
Publié par Vintage Canada 1999

A Stolen Life

Le livre puissant et majeur, acclamé à travers le Canada, de l'arrière-arrière-petite-fille du chef Big Bear et de Rudy Wiebe, deux fois lauréat du Prix du Gouverneur général pour la fiction. Une histoire de justice et d'injustices sociales, de meurtre et de moralité, et de trouver de la force spirituelle dans des événements qui pourraient nous briser, racontée avec une compassion rédemptrice et une éloquence poétique. Stolen Life est un récit brut, honnête et magnifiquement écrit de la société troublée dans laquelle nous vivons, et une affirmation profondément émouvante de la guérison spirituelle. (De Penguin Random House)

 

Tout le chemin : Ma vie sur la glace

Par Jordin Tootoo
Publié par Viking Canada 2014

 All the Way by Jordin Tootoo

 

Il semblait que rien ne pouvait arrêter Jordin Tootoo sur la glace. Capitaine des moins de 18 ans du Canada, favori des partisans de l'équipe du Mondial junior et meilleur espoir de la WHL qui pouvait intimider à la fois les gardiens de but et les exécuteurs, il a toujours été un leader. Et quand Tootoo a été repêché par Nashville en 2000 et a fait sortir les Predators du camp en 2003, il est devenu un leader d'une autre manière : le premier joueur d'origine inuite à évoluer dans la LNH…

En 2010, Tootoo s'est inscrit en cure de désintoxication pour dépendance à l'alcool. Il semblait qu'une carrière prometteuse s'était terminée trop tôt. Mais ce n'est pas ainsi que Tootoo l'a vu et ce n'est pas ainsi que cela se terminerait. En tant qu'héritier d'un héritage culturel qui incluait l'alcool, le désespoir et le suicide, Tootoo pouvait également puiser dans un héritage qui pourrait l'aider à subsister même à des milliers de kilomètres du Nunavut. Et dans une communauté hantée par le même désespoir et la toxicomanie qui ont tant affecté la vie de Tootoo, ce ne sont pas seulement ses compétences et son intrépidité sur la glace qui ont fait de lui un héros, mais le courage de son honnêteté envers lui-même et envers le monde qui l'entoure. qu'il avait besoin de compter sur les autres pour le soutenir à travers son défi le plus difficile. (De JordinTootoo.com)

 

En amont de Ghost River : Le voyage d'un chef à travers les eaux tumultueuses de l'histoire autochtone

Par Edmund Metatawabin et Alexandra Shimo
Publié par Knopf Canada 2014

 Up Ghost River

 

Après avoir été séparé de sa famille à l'âge de 7 ans, Metatawabin s'est vu attribuer un numéro et a été dépouillé de son identité autochtone. Dans son pensionnat, l'un des pires au Canada, il a été agressé physiquement et émotionnellement, et a été agressé sexuellement par l'un des membres du personnel. En sortant du lycée, il s'est tourné vers l'alcool pour oublier le traumatisme. Plus tard, il a laissé derrière lui sa femme et sa famille et s'est enfui à Edmonton, où il a rejoint un groupe de soutien autochtone qui l'a aidé à accepter sa dépendance et à faire face à son TSPT. En écoutant la sagesse des aînés, il a appris à vivre une vie autochtone authentique dans un contexte moderne, restaurant ainsi ce qui lui avait été pris des années auparavant. Metatawabin a travaillé sans relâche pour transmettre les connaissances traditionnelles à la prochaine génération de jeunes et de dirigeants autochtones, en tant que conseiller à l'Université de l'Alberta, chef de sa communauté de Fort Albany et aujourd'hui en tant que travailleur auprès des jeunes, leader spirituel autochtone et activiste. Son travail de défense des connaissances, de la souveraineté et des droits autochtones s'étend sur plusieurs décennies et lui a valu des prix et une reconnaissance nationale. Son histoire donne un visage personnel aux problèmes qui assaillent les communautés autochtones et propose de nouvelles solutions, et démêle la dynamique complexe qui a déclenché le mouvement Idle No More.(De Penguin Random House Canada)

  

Le droit d'avoir froid : l'histoire d'une femme qui a protégé sa culture, l'Arctique et la planète entière

Par Sheila Watt-Cloutier
Publié par Penguin Canada 2016

The Right to be Cold Sheila Watt-Cloutier

La glace arctique recule chaque année, mais tout aussi irremplaçable est la culture, la sagesse qui a permis aux Inuits de prospérer dans le Grand Nord pendant si longtemps. Et il n'y a pas que l'Arctique. Le monde entier change de manière dangereuse et imprévisible. Sheila Watt-Cloutier a consacré sa vie à protéger ce qui est menacé et à soigner ce qui est blessé. Dans ce point culminant du travail régional, national et international de Watt-Cloutier au cours des vingt-cinq dernières années, The Right to Be Cold explore les parallèles entre la sauvegarde de l'Arctique et la survie de la culture inuite, dont son propre parcours est un exemple si extraordinaire. Exemple. Il s'agit d'une histoire humaine de résilience, d'engagement et de survie racontée du point de vue unique d'une femme inuk qui, malgré de nombreux obstacles, a connu des débuts modestes dans l'Arctique pour devenir l'une des personnalités environnementales, culturelles, et les défenseurs des droits de l'homme dans le monde. (De Penguin Random House Canada)

 

Des terres arides : la traite des fourrures, les Premières nations et une vie dans le Nord canadien

Par Leonard Flett
Publié par Great Plains Publications 2015

From the Barren Lands

C'est une histoire sur la traite des fourrures, les Premières Nations et le développement du nord du Canada, vue et vécue non seulement à travers les yeux de Leonard Flett, mais aussi à travers les yeux de son père, de son grand-père et de son arrière-grand-père.

La vie des peuples autochtones dans les régions éloignées du nord de l'Ontario, du Manitoba et de la Saskatchewan dans les années 1960 et 1970 est examinée en détail. La carrière fructueuse de Flett au sein de la Compagnie de la Baie d'Hudson et de la Compagnie du Nord-Ouest donne un aperçu des derniers jours de la traite des fourrures et de l'essor d'un nouveau commerce de détail adapté aux Premières Nations. (De CBC)

 

Une vie autochtone

Par Richard Wagamese
Publié par Douglas & McIntyre 2008

One Native Life Wagamese

En 2005, l'écrivain primé Richard Wagamese a déménagé avec son partenaire dans une cabane à l'extérieur de Kamloops, en Colombie-Britannique. Dans l'air frais de la montagne, Wagamese ressentit une paix qu'il avait rarement connue auparavant. Maltraité et abandonné dans son enfance, il avait grandi en sentant qu'il n'y avait nulle part sa place. Pendant des années, seuls l'alcool et les déplacements de ville en ville semblaient apaiser la douleur.

Dans One Native Life, Wagamese revient sur le chemin qu'il a parcouru pour retrouver son identité et parle de ce qu'il a appris en tant qu'être humain, homme et Ojibway au cours de ses cinquante-deux ans. Qu'il écrive sur le fait de jouer au baseball, de s'enfuir avec le cirque, d'assister à une cérémonie sacrée ou de rencontrer Pierre Trudeau, il raconte ces histoires dans un esprit de guérison. À travers eux, Wagamese célèbre le parcours d'apprentissage qu'a été sa vie.

 Libre de rhétorique et de colère malgré les horreurs auxquelles il a été confronté, la prose de Wagamese résonne d'une paix issue de l'acceptation. L'acceptation est un principe autochtone, et il en est venu à voir que nous sommes tous voisins ici. One Native Life est son hommage aux personnes, aux lieux et aux événements qui lui ont permis de se tenir au soleil et de célébrer le fait d'être vivant. (De Douglas et McIntyre)

 

 

.