Pleins feux sur les auteurs métis

Nous avons présenté de nombreux groupes talentueux d'écrivains autochtones ici sur le blog, y compris les écrivains métis Katherena Vermette et Cherie Dimaline. Aujourd'hui, nous mettons en lumière trois autres écrivains métis, qui devraient figurer sur votre liste de lecture.


Maria Campbell

(Image de CBC)

Maria Campbell CBC

Maria Campbell est souvent considérée comme une source d'inspiration pour les auteurs autochtones contemporains ; c'est parce que ses « mémoires ont été l'un des premiers livres écrits par un écrivain autochtone à être publiés au Canada ».[I] Les mémoires, Halfbreed, ont été publiées en 1973, et « a exposé les dures réalités de la vie des femmes autochtones au Canada. Cela a également révélé l'angoisse, l'angoisse, la dislocation et le désespoir d'une nation appauvrie économiquement et spirituellement."[ii]
 
Début 2018, la professeure d'études autochtones Deanna Reder et son assistante Alix Shield a fait une découverte importante sur le livre. En recherchant l'historique de publication du livre, ils sont tombés sur des passages supprimés dans un vieux manuscrit.

Marqués de gros X rouges, ils décrivent en détail la fois où trois gendarmes sont venus chez Campbell alors qu'elle avait 14 ans. L'un des officiers, a écrit Campbell, l'a traînée dans la chambre de sa grand-mère et l'a violée.[iii]

Il n'est pas surprenant que des passages comme celui-ci aient été exclus au début des années 1970 ; cela ne valait tout simplement pas le risque. Heureusement, il peut y avoir une possibilité de republication avec le texte expurgé inclus. L'éditeur, McLelland and Stewart, a déclaré que "nous contacterons Mme Campbell pour déterminer s'il serait possible de publier une nouvelle édition de son livre révolutionnaire".[iv]  
Espérons que nous pourrons bientôt lire le travail de Campbell comme elle l'avait initialement prévu.

 

Warren Cariou

(Image de Warren Cariou)

Warren Cariou

Le travail de Warren Cariou est varié et étroitement lié à ses racines métisses à Meadow Lake, en Saskatchewan. Il est professeur à l'Université du Manitoba, où il enseigne et détient une chaire de recherche du Canada sur les cultures narratives, communautaires et autochtones. De plus, "ses livres, films, photographies et recherches savantes explorent les thèmes de la communauté, de l'environnement, de l'oralité et de l'appartenance dans l'Ouest canadien, avec un accent particulier sur les relations entre les peuples autochtones et non autochtones."[ v]

Il est surtout connu pour son recueil de nouvelles, The Exalted Company of Roadside Martyrs (Coteau Books, 1999), et ses mémoires, Lake of the Prairies (Anchor Canada, 2003). Tous deux ont été nominés pour plusieurs prix, le dernier remportant le prix de biographie Drainie-Taylor en 2003.

"Puissant, drôle, émouvant et personnel, Le lac des Prairies est une exploration riche en couches de la question omniprésente de l'enfance : d'où je viens ?"[vi] Ce question est compliquée pour la plupart d'entre nous, mais encore plus lorsque votre passé métis a été caché pendant une grande partie de votre vie. Avec l'identité comme thème central, Cariou non seulement dévoile son passé, mais doit aussi concilier ses propres préjugés à son sujet.

 

Béatrice Mosionier

(Image de CBC)

Beatrice Mosionier CBC

Béatrice Mosionier a été élevée en famille d'accueil dès l'âge de trois ans et n'a jamais souhaité être écrivain ; cependant, après la mort de ses deux sœurs, elle « a décidé d'écrire un livre pour comprendre pourquoi ses sœurs se sont suicidées et pourquoi sa famille avait vécu dans la pauvreté, l'alcoolisme et le racisme ».[vii ] In Search of April Raintree a été publié pour la première fois en 1983, avec une édition du 25anniversaire en 2008 (Portage & Main Press).

Deux jeunes sœurs sont enlevées à leur foyer et à leur famille. Impuissants à changer leur fortune, ils sont séparés et placés chacun dans des foyers d'accueil différents. Pourtant, au fil des années, le lien entre eux grandit.Alors qu'ils cheminent chacun dans une société parfois indifférente, hostile et violente, l'une embrasse son identité métisse, tandis que l'autre essaie de la laisser derrière elle. À la fin, de la tragédie, vient un héritage inattendu de triomphe et remise en état.[viii]

Le livre est devenu un classique canadien et est enseigné dans les écoles secondaires et universitaires à travers le pays.
 
Mosionier a écrit plusieurs autres livres pour enfants, adolescents et adultes. En 2009, elle a publié Come Walk with Me, a Memoir(Portage & Main Press), qui répond à la question persistante d'April Raintree : dans quelle mesure la vie d'April est-elle fidèle à celle de Mosionier ?

 

Le peuple métis est né d'une fusion compliquée d'Autochtones canadiens et d'Européens, et les auteurs explorent avant tout leur place dans ce monde sous différents angles. Pourtant, le fil conducteur de la compréhension de soi à travers l'histoire reste fort et nous pouvons tous en tirer des leçons.

 
Pour trouver des livres d'auteurs métis pour tous les âges, visitez Pemmican Publications, dont le mandat est de « promouvoir les écrivains et illustrateurs métis canadiens à travers des histoires qui s'inspirent de l'expérience métisse ».

 


 
[I] CBC
[ii] Indspire
[iii] CBC
[iv] CBC
[v] Warren Cariou
[vi] Pingouin Random House
[vii] Amazone
[viii] McNally Robinson

.