Terese Marie Mailhot, auteure de Heart Berries

Heart Berriespar Terese Marie Mailhot, est sorti il ​​y a moins de deux mois et se retrouve rapidement sur liste après liste, et est un best-seller du New York Times.

Heart Berries Terese Mailhot

Photo de CBC

Sans trop dévoiler le livre, qui est un mémoire, nous avons voulu en savoir plus sur Thérèse Marie Mailhot. Lisez la suite pour des citations de et sur l'auteur, qui ajouteront des couches de compréhension à votre lecture de Heart Berries.

En savoir plus sur Thérèse Marie Mailhot

  • Le livre a vraiment commencé comme un moyen pour Mailhot d'essayer de faire comprendre à son mari actuel ses expériences en tant que femme autochtone... comme pour se valider auprès de lui, un homme blanc. À la fin, cependant, elle a réalisé qu'il ne s'agissait pas du tout de lui, mais plutôt d'essayer d'articuler ses expériences au monde.[1]
  • Elle estime que son devoir en tant qu'écrivain autochtone est d'atteindre son potentiel d'artiste avant tout. Il s'agit de donner de l'humanité aux expériences vécues par les femmes d'où elle vient. Pour Mailhot, c'est un vrai bonheur de créer de l'art, malgré la lourdeur de ce qu'elle crée.[2]
  • « Expliquer qui j'étais sans éveiller la pitié était difficile. C'est toujours le cas. "C'est dur de parler de ce qui t'est arrivé ?", diront les gens... "Avant, je faisais bien pire pour l'argent", dis-je... C'est vrai. Il n'y a rien comme la vérité pour moi. Dire explicitement la vérité est un privilège pour certains. Ou peut-être qu'il est entendu, c'est le privilège."[3]
  • "J'ai dépassé les attentes de tout le monde à mon égard, y compris les miennes, mais je continue de croire que les gens ont besoin d'aide. Et certaines personnes, surtout d'où je viens, devraient avoir l'aide dont elles ont besoin pour empêcher les enfants de mourir de faim. Ou pire."
  • Mailhot a grandi dans la réserve de Seabird Island en Colombie-Britannique. Vous pouvez en savoir plus sur le groupe et son histoire sur leur site Web.
  • Sur ce que l'écriture a fait pour elle : "Je comprends maintenant qu'au moins j'ai ma voix, et c'est un vrai cadeau. C'est comme avoir un club qui se sent puissant. Même si tout m'est dépouillé, je l'aurai toujours."[4]
  • Vous pouvez regarder Mailhot lire des extraits des Heart Berries ici, pour avoir une idée de son comportement et de sa voix.
  • Mailhot est boursier postdoctoral Tecumseh pour 2017-2018 à l'Université Purdue, dans le département d'anglais. "L'opportunité postdoctorale offre aux universitaires autochtones une voie pour être soutenus et encadrés par le corps professoral de Purdue, aboutissant à une nomination potentielle menant à la permanence."[5}
  • Sur la façon dont le fils de Mailhot l'a influencé :
"J'ai dû apprendre à aimer quelqu'un quand j'avais l'impression de n'être rien. J'étais fauché, et l'aimer totalement sans envisager de le perdre, cela m'a appris quelque chose sur l'amour. Il a ouvert mon cœur d'une manière que personne d'autre n'aurait pu avoir. Personne d'autre n'aurait pu me rendre aussi tendre et humaine. Le fait qu'il ait besoin de moi a fait de moi une meilleure personne. J'ai l'impression que les enfants nous font ça si on répond à l'appel. J'ai l'impression que lorsque vous répondez à cet appel, vous voyez à quel point le monde peut être bon."[6]

 Terese Mailhot

 Photo de Counterpoint Press

 

 

[1]Paraphrasé d'un entretien avec National Public Radio Inc., 11 février 2018.

[2]Paraphrasé d'un entretien avec National Public Radio Inc., 11 février 2018.

[3]Grief, Autonomy and Belonging in Canada, de "Out in the Open", CBC.

[4]Entretien avec Sue Carter de Metro/The Star 

[5]Bourse Purdue 

[6]Entretien sur la littérature électrique avec Deirdre Sugiuchi